Shirin Neshat (*1957, Qazvin) a quitté son pays natal, l’Iran, en 1974 pour poursuivre des études d’art aux États-Unis. Surprise par la Révolution Islamique de 1979, elle ne peut rentrer qu’en 1990, après la mort de l’Ayatollah Khomeini. Marquée par les profonds changements, et en particulier ceux qui touchent la condition féminine, elle porte son attention sur les différences qui traversent la culture occidentale et celle de l’Orient islamique. Dans Women of Allah, qui fait partie de ses premiers travaux, Neshat s’attache à la complexité de l’identité des femmes portées par un engagement religieux extrême, et évoque la notion de martyr. La multiplicité et l’ambivalence du regard, qu’il soit occidental ou islamique, masculin ou féminin, sur la réalité et les symboles – ici le voile et les armes – jouent un rôle essentiel dans son art, tout comme la question de la violence et de la poésie, la « voix symbolique des femmes », comme le définit l’artiste qui mêle, dans cette série, image et écriture farsi. Soucieuse de dépasser les stéréotypes, elle insuffle dans ces travaux une dimension politique et sociale, et souligne par ailleurs « les contradictions chez ces femmes fortes et fières, qui participent au procès révolutionnaire, qui partent à la guerre, le fusil sur le dos, et qui subissent toujours les lois du harem. » 

Women of Allah

Shirin Neshat
Guardians of Revolution, 1994
De la série Women of Allah
Photographie noir et blanc 127 x 102 cm
Collection Mudam Luxembourg
Apport Focuna, Acquisition 1998
© Photo : Christof Weber 
Shirin Neshat
Whispers, 1997
De la série Women of Allah
Photographie noir et blanc 127 x 188 cm
Collection Mudam Luxembourg
Apport Focuna, Acquisition 1998
© Photo : Christof Weber