FERNANDO SÁNCHEZ CASTILLO

Nous sommes tous indésirables

Fernando Sánchez Castillo (1970) s’intéresse à la place que la révolution et l’agitation sociales occupent dans l’art et la société, en leur reconnaissant une valeur utopique et esthétique. Empreinte de l’ironie de la décontextualisation, l’inscription détache en lettres flamboyantes sa fonction commémorative déjà dépassée. Si « nous sommes tous des indésirables » rameutait les étudiants de mai 68 sous un même slogan, le sens est réapproprié ici par un artiste qui se gausse de la solennité en lui préférant grandement la spontanéité d’une fête populaire. Et quoi de plus gai que l’ouverture de cet Eldorado magnifique où l’art a officiellement le droit d’être l’un des derniers bastions de la vérité ? Cette vérité toujours politiquement incorrecte, mais néanmoins scrutée, décortiquée et passée au crible par maints artistes et curateurs, les « indésirables » d’aujourd’hui.

Fernando Sánchez Castillo
Nous sommes tous indésirables, 2006
Ampoules et cadre métallique
300 x 500 cm
Production et Collection Mudam Luxembourg
Acquisition 2005
© Photo : Rémi Villaggi

Bird Feeder

L’approche dérisoire de la tradition des monuments commémoratifs est une méthode de prédilection de la sculpture en plein air d’aujourd’hui. L’œuvre de Fernando Sánchez Castillo, en est un parfait exemple. Dans plusieurs de ses travaux, cet artiste politiquement engagé s’attaque à la dimension symbolique des monuments comme p.ex. dans son œuvre « Rich Cat dies of Heart Attack in Chicago » (2003) ou encore « Cascorro » (2003) ou Sánchez Castillo mutile une statue madrilène en ne laissant paraître que les pieds d'Eloy Gonzalo, un héros militaire espagnol un peu douteux de la guerre hispano américaine à Cuba qui incarne surtout une figure manipulée par un pays défait et humilié.

 

Avec « Bird Feeder » (2010) Sánchez Castillo propose une approche moins acerbe, pleine d’humour et d’insolence. Il présente le buste du roi d’Espagne Philippe V, qui fut de 1700 à 1712 Duc de Luxembourg et en détourne sa véritable fonction de monument de commémoration. Par un mécanisme intérieur ingénieux, à l’aide d’une vis d’Archimède qui déploie en continu des graines dans un creux situé sur le vertex du buste, « Bird Feeder » promeut la relation particulière qu’ont les oiseaux avec la statuaire publique. Ceux-ci viennent s’y (re)poser et se nourrir, parfondant la patine du bronze et contribuant à la fertilisation des jardins des alentours.

 

Fernando Sánchez Castillo
Bird Feeder, 2010
Bronze, acier corton patiné et ciré, graines
260 x 60 x 60 cm
Production et Collection Mudam Luxembourg
Acquisition 2010
© Photos : Andrés Lejona

A voir au Mudam

L’œuvre Bird Feeder de Fernando Sánchez Castillo est exposée en permanence dans le Park Dräi Eechelen.

Mech géif mol interesséieren

Explikatiounen iwwer dem Fernando Sánchez Castillo säi Wierk aus der Mudam Sammlung an der Emissioun Mech géif mol interesséieren, wat dat hei ass? um Radio 100,7.