La collection

Une collection d’art contemporain international

La Collection Mudam est la plus importante collection d’art contemporain au Luxembourg. D’envergure internationale, elle réunit près de 700 œuvres d’artistes luxembourgeois et du monde entier, tous mediums confondus. Une petite partie de la collection s’attache également à la mode et au design. Plus de 54 œuvres ont été commandées par le Mudam, dont beaucoup ont été conçues en réponse à l’architecture de Ieoh Ming Pei. La Fondation Musée d’Art Moderne Grand-Duc Jean ayant été créée en 1998, la collection s’est construite dès les années 1990 en vue de l’ouverture du musée en 2006. Si les années 1960 constituent un repère historique dans l’histoire de l’art contemporain, la majorité des œuvres de la collection date de 1989 à aujourd’hui. La seule exception antérieure à 1960, est l’ensemble de meubles conçu pour le Sanatorium de Paimio entre 1931 et 1933 par l’architecte Alvar Aalto et acquis en 2002.

Le processus d’achat des œuvres pour la Collection Mudam est initié en 1996 par le Fonds Culturel National (Focuna), établissement public présidé par Paul Reiles. Le comité d’achat du Focuna se compose alors de Bernard Ceysson, Maria de Corral, Jeff Erpelding, Lorand Hegyi, Lucien Kayser, Paul Reiles et SAR la Princesse Sibilla de Luxembourg. Par ailleurs, Bernard Ceysson devient, en 1998, le premier directeur de la Fondation Musée d‘Art Moderne Grand-Duc Jean (Mudam).

De 2018 à 2020, sous la direction de Suzanne Cotter, le comité scientifique qui sélectionne les œuvres qui vont intégrer la collection du musée, est composé par Nancy Spector (Directrice artistique – Curatrice en chef de la Solomon R. Guggenheim Foundation à New York), Daniel Birnbaum (Directeur du Acute Art à Londres), Okwui Enwezor (ancien Directeur de l’institution Haus der Kunst à Munich).

Historique

En 2000, avec l’arrivée de Marie-Claude Beaud à la direction, la mission d’achat est reprise par la Fondation Mudam. Afin de conseiller Mudam dans sa politique d’acquisition et de valider la qualité des œuvres choisies et leur pertinence par rapport à la création internationale, Marie-Claude Beaud crée un comité scientifique qui se compose de Carmen Giménez (curator art du XXe siècle au Solomon R. Guggenheim Museum, New York), Paul Reiles (vice-président de la Fondation Musée d’Art Moderne Grand-Duc Jean et directeur honoraire du Musée national d’histoire et d’art, Luxembourg), Dr. Stephan Schmidt-Wulffen (recteur de la Kunstakademie de Vienne) et Sir Nicholas Serota (directeur de Tate Gallery, Londres). Sir Serota est remplacé en 2007 par Alfred Pacquement (directeur du musée national d’art moderne du Centre Georges Pompidou, Paris).

En 2010, Enrico Lunghi (à la tête de Mudam de 2009 à 2017) nomme de nouveaux membres du comité scientifique. Celui-ci se compose alors de Barnabás Bencsik (directeur du Ludwig Museum Budapest puis de l’ACAX – Agency for Contemporary Art Exchange, Budapest), Jimena Blázquez Abascal (directrice de la Fondation NMAC, Vejer, Cádiz, Espagne), Dr. Julia Draganovic (directrice de la Kunsthalle de Osnabrück) et Paul Reiles (vice-président de la Fondation Musée d’Art Moderne Grand-Duc Jean et directeur honoraire du Musée national d’histoire et d’art, Luxembourg).

En 2016, le comité scientifique a été constitué de Suzanne Cotter (directrice du Musée Serralves, Porto), Dr. Ulrike Groos (directrice du Kunstmuseum Stuttgart), Hou Hanru (directeur artistique du MAXXI, Rome) et Thierry Raspail (directeur du Musée d’Art Contemporain de Lyon).

Le contexte luxembourgeois

La collection se consacre tout aussi bien à la création internationale qu’aux productions locales. Les artistes luxembourgeois représentent ainsi environ dix pour cent des artistes de la collection. Leur choix se fait d’après des critères de qualité et de pertinence, toujours en concertation avec le comité scientifique et sans obligation de quota.

La programmation artistique du Mudam tient aussi compte de la situation particulière et spécifique du Luxembourg, en lançant une série de commandes s’inscrivant dans le contexte local. Ces productions sont tout aussi bien l’œuvre d’artistes originaires du pays que de créateurs vivant à l’étranger.