ELDORADO

L’EXPOSITION D’OUVERTURE DU MUDAM
01/07/2006 - 20/11/2006
Vernissage 01/07/2006
Share
 

« Eldorado est avant tout une aventure, la quête d’un trésor, celui de l’imagination : un musée comme une habitation idéale. Un lieu indéterminé pour l’imaginaire, où, dans une relation interactive entre architecture, espaces intérieurs, site historique, se déjouent les fonctions, les usages, les conventions de la représentation de l’art, ses définitions, son observation et certainement l’ensemble de toutes ses expériences. L’exposition pense les œuvres : c’est sa vraie richesse ».

Jean-Louis Froment, pour le catalogue de l’exposition « Eldorado »

Cai Guo-Qiang, The Net, 2002. Collection Mudam Luxembourg.
© Photo : Rémi Villaggi

« Eldorado » est portée par tous ceux « artistes, amateurs d’art, personnalités culturelles et politiques » qui, depuis plus de quinze ans, ont œuvré pour qu’au Luxembourg le projet du musée voie le jour. L’exposition invite le public à découvrir un lieu investi « de la cave au grenier » par une soixantaine d’artistes et à participer, à travers un cheminement qui est propre à chacun, à la création et au développement de ce lieu de désirs et de rêves que Mudam veut representer. 

Premier plan : Richard Deacon, Untitled, 1980. Collection Mudam Luxembourg. 
© Photo : Rémi Villaggi

Eldorado : Une distance poétique

« Eldorado » couvre tous les vecteurs d’expression dont se servent actuellement les artistes : photographie, peinture, dessin, vidéo, nouveaux médias, mode, design, graphisme, son, architecture, sculpture. Elle met en évidence les correspondances que ces différentes techniques entretiennent entre elles et montre leur complémentarité et leur cohérence par rapport aux thèmes que les artistes transposent dans leurs œuvres aujourd’hui. Mudam est attentif à l’évolution de ces pratiques et se doit d’en rendre compte. L’art étant l’expression d’une distance poétique par rapport au monde, bien au-delà de l’outil, la question de la technique ne se pose plus : « Et c’est à travers ces échanges, qui se multiplient et résonnent dans la vitesse du monde, que se compose le langage esthétique d’une époque à venir. Le musée est le laboratoire de ces liaisons suspectes ».

Jean-Louis Froment, pour le catalogue de l’exposition « Eldorado »

Nari Ward, Geography: Bottle Messenger, 2002. Collection Mudam Luxembourg.
© Photo : Rémi Villaggi

Eldorado : Le goût de l’art

Le musée invite le visiteur à des expériences multiples, en donnant non seulement à voir, mais aussi à entendre, à méditer, à sentir et à déguster. Il veut ainsi transmettre le goût de l’art à celui qui s’aventure dans l’exposition à la recherche de son propre Eldorado: un art qui peut l’accompagner dans son quotidien.

Vincent Beaurin, The Fun of the Past, 2006. Commande et Collection Mudam Luxembourg. © Photo : Rémi Villaggi

Eldorado : Un scénario

Mudam veut rompre le contrat classique auquel se lie trop souvent le public lors de sa visite d’un musée. Dès l’accueil, il est invité à se débarrasser de « son bagage » et à se laisser séduire par la pluralité des propositions se déployant sur les trois niveaux du bâtiment.

Pipilotti Rist, Stir Heart, Rinse Heart, 2004 (détail). Collection Mudam Luxembourg. 
© Photo : Rémi Villaggi

Eldorado : Un architecte

Moderniste, l’architecture de Ieoh Ming Pei, aux formes géométriques, pures et monumentales, est conçue de manière à offrir un espace idéal à la présentation d’œuvres et aux interventions artistiques. I. M. Pei ne cherche pas à dominer l’art, mais essaie d’orienter le visiteur vers la contemplation des œuvres: par le choix des matériaux, par l’utilisation d’un éclairage adapté aux usages qui diffère d’un étage à l’autre voire d’une salle à l’autre, par le son que provoque le visiteur lors de son cheminement à travers les différentes salles d’exposition. Accordant une grande importance au mouvement, il a conçu un bâtiment dans lequel le visiteur peut choisir son parcours librement. Cette déambulation est d’autant plus fluide que les espaces et étages sont reliés par de nombreux escaliers et points de passages, objets de soins toujours attentifs de l’architecte. 

Fernando Sánchez Castillo, Nous sommes tous indésirables, 2006. Production et Collection Mudam Luxembourg. © Photo : Rémi Villaggi

Commissaires

Marie-Claude Beaud
Louis Bestgen
Valérie Conrot
Björn Dahlström
Clément Minighetti
Mónica Portillo

Commissaires associés

Claude Closky
Maurizio Galante
Tal Lancman
Mark Lewis
Léa Linster
Frédéric Sanchez

Publication

Eldorado
Plus de 80 artistes étaient réunis pour l’exposition inaugurale du Musée d’Art Moderne Grand-Duc Jean. Des œuvres de la collection aux nouvelles productions, Eldorado présente un panorama hors du commun de la création d’aujourd’hui : architecture, peinture, sculpture, installation, son, vidéo, photographie, design, graphisme, mode, nouveaux médias...

Textes : Andrea Blum, Romina Calo, Gaston Carré, Catherine Chevalier, Lorette Coen, Pascaline Cuvelier, Richard Deacon, Jean de Loisy, Paul di Felice, Nadine Erpelding, Anne-Marie Fèvre, Jean-Louis Froment, Gaylen Gerber, Romain Hilgert, Alexis Juncosa, Lydia Kamitsis, René Kockelkorn, Alberto Manguel, Jean-Christophe Massinon, Ulf Meyer, Clément Minighetti, Claude Moyen, Laura Mulvey, Roger Nilles, Michel Onfray, Francesca Picchi, Monica Portillo, Annick Rivoire, James Rondeau, Frédéric Sanchez, Marc Schoellen, Christaien Simenc, Benjamin Weil, Diana Wiegersma, Bill Woodrow, Zhang Qing, Ulf Erdmann Ziegler. Français / Anglais / Allemand.
 Conception graphique : Ott + Stein, Oliver Peters.
 Mudam éditions, 2006.
 248 pages. ISBN 2-919923-85-4.
 40 €