MUDAM Logo

VINCENT BEAURIN

Enseigne animale jaune

Vincent Beaurin
Enseigne animale jaune, 2003
Bois, polystyrène et paillettes polyester
152 x 106 x 92 cm
Collection Mudam Luxembourg
Acquisition 2003
© Photo : Patrick Gries

The Fun of the Past

Vues de l’exposition Eldorado, Mudam Luxembourg 01/07/2006 - 20/11/2006
© Photos : Rémi Villaggi

Vincent Beaurin
The Fun of the Past, 2006
Polystyrène, paillettes, bancs en bois, lampes sodium, silex
Dimensions variables
Commande et Collection Mudam Luxembourg, produit par l’Administration des Bâtiments Publics

Entretien avec Vincent Beaurin réalisé à l'occasion de l'exposition Le meilleur des mondes, Mudam Luxembourg 30/01/2010 - 24/05/2010

« Le regard est prédateur, il travestit, il trompe. Les choses se prêtent au regard et sont telles qu’elles se présentent. La pertinence de l’art n’est pas dans la conformité du commentaire au regard que l’on porte mais dans la résolution des antinomies et des confusions que ce dernier génère. Je suis sculpteur. J’élabore des dispositifs destinés à opérer cette sorte de réconciliation. Je conjugue des matériaux pulvérulents comme le polystyrène, le sable, les paillettes avec une précision paradoxale. Je me joue des notions d’échelle, de densité et d’origine. Je réfère à des figures abstraites et convoque des êtres fabuleux. Ces entités percent le blanc cru des murs et se contiennent immobiles. Les noms souvent composés qui permettent de les désigner sont empruntés à diverses mythologies et au langage d’aujourd’hui le plus commun. Celles qui ont formes animales sont pour la plupart privées de tout orifice et organe extérieur. Leur corps n’est souvent doté que d’un unique membre. Conçues pour la performance, leurs attitudes témoignent pourtant de multiples afflictions. Les autres, apparentées aux objets, peuvent inclure une ou plusieurs pierres ou encore des fragments organiques. Je ressens physiquement le monde comme étant entièrement constitué de poudres. Quand j’ouvre les yeux, je vois un tapis d’images qui se superposent, se confondent et s’aplatissent. Parfois, des images se décalent subitement et provoquent une fracture dans cet écran. Je peux alors entrevoir ce qu’il y a derrière. C’est noir, non la teinte par laquelle un objet peut se signaler, mais plutôt le noir d’un gouffre. Si les œuvres que je produis présentent des analogies avec cette obscurité, c’est autant par la porosité de la matière que par la couleur. L’une, par exemple, peut scintiller de petits éclats de lumière par les paillettes de mica dont elle est recouverte et ainsi tendre aux images, sans que toutefois sa perméabilité en soit altérée et que sa relation à l’abîme soit rompue. Ces œuvres attirent comme le vide. Elles rompent l’équilibre avec la soudaineté de l’accident et absorbent le tapage par capillarité. Elles peuvent effrayer. Elles apaisent. »

Vincent Beaurin

Publication

Vincent Beaurin : The Fun of the Past, 2006
 

Mudam Luxembourg
3, Park Dräi Eechelen
L-1499 Luxembourg

info@mudam.lu

Nous trouver

Accueil
+352 45 37 85-960

Standard administratif
+352 45 37 85-1

Visites guidées
+352 45 37 85-531
visites@mudam.lu

Mudam Boutique
+352 45 37 85-980

Mudam Café
+352 45 37 85-970