VIVIAN SUTER . NISYROS

ACQUISITION RÉCENTE – COLLECTION MUDAM
25/05/2019 - 29/09/2019
Share
 

À partir du mois de mai, le pavillon accueille l’une des oeuvres majeures de Vivian Suter (*1949), Nisyros (2017), présentée à Athènes à l’occasion de la documenta 14 et récemment acquise par le Mudam. Vivian Suter est née à Buenos Aires, de parents émigrés d’Europe peu de temps après la Seconde Guerre mondiale. Après des études d’art à Bâle en Suisse, elle s’installe au début des années 1980, lors d’un voyage en Amérique latine, à Panajachel, sur les bords du lac Atitlan, au Guatemala. Elle y vit toujours, avec sa mère Elisabeth Wild également peintre, dans une maison-atelier largement ouverte sur la végétation extérieure, tropicale et luxuriante. Ce rapport étroit avec la nature est déterminant et constitue un ressort essentiel de son travail pictural tout particulièrement perceptible dans Nisyros

Vivian Suter, Nisyros, 2017, Collection Mudam Luxembourg – Acquisition 2018. Vue de l'installation, colline de Philopappos, chemin et pavillon Pikionis, Athènes, documenta 14 © Photo : Stathis Mamalakis

La série Nisyros a été peinte pendant le séjour de l’artiste sur l’île grecque du même nom, une île volcanique située dans la mer Égée. L’oeuvre se compose de dix-neuf toiles, toutes peintes dans un style lumineux et vif qui fait écho aux circonstances de leur création. Réalisées en pleine nature et à différents endroits de l’île – dans le cratère du volcan, au bord des falaises ou sur le toit de la maison face à la mer –, ces peintures reflètent la luminosité ambiante, les couleurs environnantes et portent encore la trace des éléments climatiques. Étendues à l’endroit où elles ont été peintes, les toiles se fondent dans le paysage à la manière d’un camouflage. Dans le musée, elles se déploient selon un mode d’accrochage évolutif en fonction du lieu d’exposition ; libérées de la contrainte du châssis, elles dialoguent pleinement avec l’espace. 

Note biographique 

Vivian Suter est née en 1949 à Buenos Aires, elle vit et travaille à Panajachel (Guatemala). À la fois peintre et photographe, ses oeuvres ont récemment été présentées dans des expositions individuelles à la Stampa Galerie de Bâle (2018), au Museo Experimental el Eco de Mexico (2017), au Jewish Museum de New York (2017) et à la Kunsthalle de Bâle (2014). Elle a également participé à la 31e édition de la Biennale de São Paulo, au Brésil (2014), à la 10e Bienal de Nicaragua, à Managua (2016) et à la documenta 14 à Athènes et Kassel (2017), ainsi qu’à des expositions collectives au Museo Tamayo de Mexico (2014), et sur le site Concepcion 41 de la Fundación de arte contemporáneo Antigua (2013). Avec sa mère, l’artiste Elisabeth Wild, elle est dépeinte dans le film Vivian’s Garden (2016) de la réalisatrice anglo-palestinienne Rosalind Nashashibi. Le film a également été présenté à Kassel dans le cadre de documenta 14.