NAIRY BAGHRAMIAN

PRIVILEGED POINTS
19/01/2019 - 22/09/2019
Share
 

Nouvelle artiste de la Collection Mudam avec sa sculpture monumentale Privileged Points, Nairy Baghramian, d'origine iranienne, est invitée au Mudam Luxembourg – Musée d’Art Moderne Grand-Duc Jean pour présenter la série composée de trois sculptures. La nouvelle acquisition sera installée dans le Grand Hall, tandis que les deux autres investiront l’esplanade du Park Dräi Eechelen et marqueront le début d'une programmation à l'extérieur du musée. Le travail de Nairy Baghramian a été présenté dans des institutions telles que le Walker Art Center à Minneapolis, le Palacio de Cristal – Museo Nacional Centro de Arte Reina Sofía à Madrid et à l’occasion de manifestations internationales telle que la 54e Biennale de Venise (2011) ou la Documenta 14 à Cassel (2017). Cette année, l'artiste a été l'invitée d'honneur du Festival d'Automne 2018 à Paris.

Nairy Baghramian, Privileged Points, 2017. Courtesy de l'artiste et Marian Goodman Gallery © Photo : Thierry Bal

Comme l’indique leur titre – Privileged Points – l’emplacement de ces tiges de métal pliées, courbées et couvertes d’une épaisse couche de couleur appliquée avec excès, relève toujours d’un choix déterminé. « Elles indiquent, précise l'artiste, des endroits ‘idéaux’ pour la présentation d’oeuvres, que ce soit dans les musées, sur les murs ou directement sur le sol », qui offrent des points de vue porteurs de sens. En 2017, la oeuvres de la série Privileged Points ont été présentées au Skulptur Projekte Münster, où leur disposition mettait en évidence la dimension provisoire de leur installation dans l’espace public. 

Réalisées à partir de matériaux tels que le bronze, l’acier, le silicone, la résine ou le cuir, ses sculptures évoquent des protubérances, des prothèses, des cavités, des coulures ou encore des parties du corps humain, tout en s’inscrivant dans une réflexion sur l’architecture, l’artisanat, la fonctionnalité et le décor. L’artiste attache une grande importance aux modalités de présentation de ses oeuvres et à leur articulation dans l’espace, questionnant par ce biais les fonctions et l’histoire des lieux où elles sont exposées. Souvent agencées de manière faussement désordonnées ou intégrant des structures fines et fragiles qui semblent sur le point de s’effondrer, ses oeuvres se caractérisent par une certaine « instabilité », qui traduit le rapport de l’artiste au champ sculptural et à l’histoire de l’art. 

Note biographique 

Nairy Baghramian est née à Isfahan en Iran en 1971. Elle vit et travaille à Berlin. Son travail a été le sujet de nombreuses expositions personnelles, notamment au Palacio de Cristal – Museo Nacional Centro de Arte Reina Sofía à Madrid (2018), au Walker Art Center à Minneapolis (2017-2018), au SMK à Copenhague (2018), au Nasher Sculpture Center à Dallas (2018), au Museum der Moderne à Salzburg (2017), au S.M.A.K. Musée d’art contemporain à Gand (2016), au Museo Tamayo à Mexico (2015) et l'Art Institute de Chicago (2014). Elle a participé à plusieurs grandes manifestations et biennales dont le Festival d'Automne à Paris (2018), la 14e Biennale de Lyon (2017), la Documenta 14 à Cassel (2017), le Skulptur Projekte Münster (2017 et 2007), la 8e Biennale de Berlin (2014), Glasgow International (2012), la 54e Biennale de Venise (2011) et la 5e Biennale de Berlin (2008). Elle a reçu plusieurs prix, parmi lesquels le Zurich Art Prize (2016), le Arnold-Bode Preis (2014), le Hector Preis (2012) et le Ernst Schering Preis (2007).

Commissaire :
Suzanne Cotter, assistée par Vincent Crapon