DIDIER MARCEL

10/10/2009 - 03/01/2010
Share
 

Commissaire : Clément Minighetti

Il s’agit d’admettre que l’art n’est pas la vie et que l’art est toujours un écart produit entre une chose réelle et sa traduction.
Didier Marcel

Sans titre (torso), 2009
Courtesy de l’artiste et galerie Michel Rein, Paris. Produit avec le soutien de Mudam Luxembourg.

C’est sa curiosité artistique profonde pour des questions sculpturales concernant la forme, la taille, la texture de la surface et la présentation qui se marie dans l’œuvre de Didier Marcel avec le savoir-faire d’un artiste capable d’orchestrer des artisans spécialisés dans les matériaux contemporains afin de finaliser des résultats sophistiqués.

Sans titre (citron), 2006
Collection privée. Courtesy galerie Michel Rein, Paris.

Didier Marcel puise les motifs souvent prosaïques de ses œuvres dans le terroir de son environnement immédiat. Les moules en résine polyester de troncs d’arbres ont la stature de colonnes portantes dont les surfaces floquées reflètent à merveille le caractère ornemental des écorces. Les mises en scène en relief de morceaux de terre labourée, les objets tirés de leur contexte par leur reproduction artificielle ou par une présentation sur des dispositifs étranges donnent à son œuvre une distance énigmatique que lui confèrent aussi les bâtiments délabrés miniaturisés et réduits en sculptures.
Extraits de paysages imaginaires ou composants d’images dans l’espace, ses travaux représentent les détails d’une réalité, dont l’aliénation montre d’autant mieux que l’idée que l’on se fait de la nature est une mise en scène culturelle.

Sans titre (labours), 2006-2007
Collection Mudam Luxembourg

L’artiste s’intéresse aussi bien au jeu des échelles qu’à l’encadrement raffiné de ses œuvres, dont les structures bien particulières des socles ou la mise en scène à la manière d’un salon de vente soulignent le caractère artificiel de la situation. C’est par ailleurs avec une certaine élégance que Didier Marcel puise dans l’histoire de l’art, sans toutefois la citer de manière trop explicite. Ainsi, les troncs longilignes de Didier Marcel ne sont pas sans référence aux œuvres de Giacometti et dans son installation Sans titre (Champ de blé aux corbeaux) (2008), il réunit des allusions à un des derniers tableaux de Van Gogh avec un clin d’œil à Marcel Duchamp. Aux tons parfois nostalgiques de ses œuvres, Didier Marcel répond par une perfection technique impeccable et par des accents coloriés surprenants.

Sans titre (champ de blé aux corbeaux), 2008
Courtesy de l’artiste et galerie Michel Rein, Paris

Vues de l’exposition Didier Marcel
Mudam Luxembourg 10.10.2009 – 03.01.2010
© Photos : Andrés Lejona